24 juin 2016 : L’Europe et les Sirènes

Le peuple britannique souverain a parlé. Sa parole doit être entendue et respectée. Cette nouvelle plonge dans l’effroi le petit monde des Euros béats qui, tels les compagnons d’Ulysse devant l’île des Sirènes, se bouchent les oreilles de cire pour ne pas entendre le chant dissonant du peuple d’Europe. Car la belle idée des Pères fondateurs ne fait aujourd’hui plus rêver grand monde ! Elle cristallise, souvent à juste titre, l’exaspération des peuples qui se désespèrent de la surdité de leurs élites. À la différence des États-Unis d’Amérique construits pour conquérir une liberté politique en opposition à la domination britannique, l’Europe politique est un modèle inventé au sortir de deux guerres mondiales pour pacifier dans la coopération un ensemble d’Etats nations qui n’a cessé de s’élargir sans pour autant réussir à définir la notion d’intérêt européen. Aujourd’hui l’Europe est à bout de souffle sans réalité autre pour le citoyen que normative et réglementaire. Or, dans un espace mondialisé, j’ai la conviction que nous avons besoin de plus et de mieux d’Europe. Sachons profiter de ce signal britannique, pour réinventer une autre Europe, à la fois proche des citoyens, donc compréhensible, et forte au sein d’une économie mondialisée comme jamais. Les temps que nous vivons nous situent face à des enjeux considérables -menaces terroristes, risques écologiques et migrations climatiques- que des peuples européens mieux armés dans un intérêt compris et partagé, seront à même de pouvoir relever ensemble. Revenons aux fondamentaux, celui du noyau historique conduit par le couple franco-allemand ! Et surtout, surtout, consultons le peuple français !